This store requires javascript to be enabled for some features to work correctly.

La déshydratation causée par la chimiothérapie

La déshydratation causée par la chimiothérapie

L’hydratation lors de chimiothérapie

Qu’est-ce que la chimiothérapie, qu’engendre-t-elle comme effets secondaires et comment une hydratation en profondeur peut-elle aider le patient à surmonter ces épreuves ?

 

Qu’est ce que la chimiothérapie ?

 

La chimiothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique utilisé pour venir à bout des cancers. À l'inverse de la thérapie ciblée, il s’agit d’un traitement systémique, autrement dit, qui ne vise pas un endroit du corps en particulier mais le traite dans son ensemble. On va ici employer des médicaments qui éliminent les cellules cancéreuses en les détruisant ou en empêchant leur multiplication. Parmi les classes de médicaments utilisés, on peut citer les agents alkylants, les antimétabolites ou encore les antimitotiques. La chimiothérapie sera administrée selon des cycles, composés d’une période de traitement suivie d’une période de repos, ce qui laissera le temps aux cellules saines de se rétablir.

 

Son efficacité est malheureusement obtenue au prix d’effets indésirables importants. En effet, les cellules cancéreuses ciblées par la chimiothérapie sont des cellules à division très active. Aussi, d’autres cellules à division rapide, comme celles des follicules pileux ou du revêtement de l’appareil digestif pourront également être dans la ligne de mire des médicaments. Ceci explique pourquoi certains individus subiront une perte de cheveux au cours de leur traitement, ou encore des troubles digestifs importants.

 

Mais alors quel rôle joue l’hydratation dans le processus de chimiothérapie ? De quelle manière le maintien d’une bonne hydratation peut-il limiter/ soulager certains effets indésirables du traitement ?

 

Hydratis pour optimiser l'hydratation lors de traitements 

Hydratis propose des solutions d'hydratation et réhydratation à boire particulièrement utiles chez l'individu déshydraté. L'entreprise a pour objectif de formulé des solutions faciles et agréables à boire permettant d'augmenter l'osmolarité du liquide et ainsi d'être assimilé et absorbé par l'organisme plus rapidement. Les produits Hydratis sont proposés dans des coffrets d'oncologies disponibles en pharmacie. 

 

L’eau comme une protection pour les reins 

 

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la personne atteinte de cancer doit veiller à bien couvrir ses besoins en eau. Premièrement, l'un des effets indésirables de cette thérapeutique est la néphrotoxicité. Ainsi, pour préserver ses reins, la personne malade aura pour recommandation d’augmenter sa consommation en eau tout au long de son traitement. Accompagné d’une surveillance rénale à l’hôpital, cela aura l’effet d’intensifier l’élimination des médicaments par les reins ce qui permettra d’en diminuer la toxicité.

 

L’individu exposé à la chimiothérapie peut adopter différentes stratégies afin de s’hydrater en profondeur. On lui recommande en général de boire jusqu’à deux litres d’eau par jour. En plus de l’eau minérale, il pourra s’abreuver d’infusions, de potages ou de jus de fruits, ces derniers devant tout de même être limités compte tenu de leur caractère acide. Afin de sélectionner les boissons les plus adaptées, le patient pourra demander conseil à l’équipe médicale qui l’encadre. Il prendra, de plus, la précaution de se rincer la bouche après consommation de boisson sucrée afin de limiter la survenue d’aphtes. Dans certains cas, une hyperhydratation sera mise en place par l’oncologue : cela consiste en une perfusion de liquide physiologique en plus d’une hydratation par voie orale conséquente.

 

 

L’hydratation pour soulager les troubles du système digestif

 

De même, l'eau peut jouer un rôle bénéfique au niveau du système digestif. En effet, la chimiothérapie est souvent source de multiples troubles gastro-intestinaux, très gênants pour le malade. Parmi eux, diarrhées, nausées et vomissements sont malheureusement monnaie courante. De plus, la personne sous chimiothérapie peut avoir une chute dans ses défenses immunitaires ce qui la rendra plus vulnérable aux infections digestives provoquées par divers virus ou bactéries.

Or, le risque majeur que peut représenter la diarrhée est la déshydratation. Les symptômes de celle-ci sont bien évidemment la sensation de soif, mais aussi la bouche sèche ou des urines concentrées et, lorsqu’elle s’installe de manière sévère, elle peut être très dangereuse. Il faut ainsi veiller attentivement à contrebalancer les pertes en eau en s’hydratant de manière appropriée. On conseille au malade de boire en grande quantité et de fractionner la prise afin de ne pas contribuer davantage à l’apparition de vomissements.

 

Par ailleurs, l’eau en elle-même peut préférentiellement provenir de marques variées. Cela permettra de fournir des minéraux complémentaires, et, de plus, certaines eaux possèdent une teneur élevée en bicarbonate de sodium, ce qui, en complément des médicaments antiémétiques, viendra atténuer les nausées. De même, il existe des solutions de réhydratations commerciales, concentrant de nombreux minéraux ce qui aidera la personne à obtenir une hydratation optimale. Néanmoins, il faut garder  à l’esprit que toute nouvelle initiative de prise de médicament, complément alimentaire ou produit de phytothérapie doit être soumise au médecin qui jugera de son bénéfice et risque en fonction de la situation. 

 

Des constipations peuvent également survenir en réaction aux traitements antidouleurs ou aux médicaments antiémétiques. Dans cette situation, l’hydratation est également de mise car une carence en eau favorise le durcissement des selles. Le médecin pourra éventuellement vous prescrire un traitement médicamenteux adapté, compatible avec la chimiothérapie et les traitements concomitants.

 

 

L’hydratation pour soulager l'irritation de la peau

 

Un autre effet indésirable visible de la chimiothérapie est la xérose : une sécheresse cutanée intense provoquée dans cette situation par une altération de la barrière cutanée à cause du traitement médicamenteux. Certaines zones sont particulièrement touchées : orteils, talons et doigts. Cette sécheresse se manifeste par une desquamation de la peau, et parfois des démangeaisons, ce qui constitue une sensation désagréable de plus pour le patient. Une bonne hydratation par voie orale ne suffit malheureusement pas toujours à la neutraliser, mais heureusement, il existe des produits dermo-cosmétiques spécialement conçus pour les personnes atteintes de cancer et compatibles avec le traitement médicamenteux : crèmes hydratantes et nourrissantes, huiles de douche ou encore vernis pour les ongles fragilisés par la chimiothérapie.

 

En conclusion, la chimiothérapie est un passage généralement challengeant pour la personne atteinte de cancer, mais les progrès dans la médecine rendent cette thérapeutique de plus en plus sûre et efficace. Le patient sera accompagné tout au long de celle-ci et pourra compter sur l’équipe soignante pour l’aider à surmonter les difficultés qu’elle pose. Ainsi, une bonne hydratation pourra parfois le soulager dans divers aspects négatifs du traitement médicamenteux, et l’aider à prendre soin de son corps ce qui lui procurera, avec un peu de chance, des moments de réconfort.